Point de vue : décembre 2016

Code de la sécurité routière
Faites entendre votre voix!


La SAAQ et le ministère des Transports ont annoncé récemment des consultations publiques qui seront lancées début 2017 sur le thème de la sécurité routière.
 
Vélo Québec suit la question du Code de la sécurité routière depuis 1979 et nous nous préoccupons constamment que celui-ci reflète la réalité des cyclistes. Depuis le lancement de la dernière refonte, au printemps 2014, nous avons fait valoir notre opinion sur la réalité contemporaine du vélo comme moyen de transport. Ces démarches et celles de tous les partenaires dans ce dossier ont permis des gains : les distances sécuritaires de dépassement des cyclistes sont maintenant spécifiées dans la loi, et les sanctions pour emportiérage ont été augmentées pour refléter la gravité du danger d’un tel geste pour les cyclistes.
 
Mais il reste beaucoup à faire pour que le Code reconnaisse les besoins des cyclistes et s’adapte à leur réalité. À commencer par le principe de prudence, qui affirmerait que les usagers les plus gros et les plus rapides ont une responsabilité accrue envers les usagers les plus vulnérables.
 
De nombreuses autres dispositions doivent être revues : l’article obligeant les cyclistes à circuler à l’extrême droite de la chaussée, là où ils sont les plus exposés aux débris, nids-de-poule et portières d’auto. L’article exigeant que les vélos soient équipés de 6 réflecteurs, dont certains sont incompatibles avec les nouveaux équipements (ex. : pédales à clips). Les sanctions prévues pour les infractions cyclistes, dont certaines valent des points d’inaptitude aux cyclistes, créant une iniquité entre ceux qui détiennent un permis de conduire et ceux qui n’en ont pas.
 
Pour Vélo Québec, la révision du Code de la sécurité routière devrait aussi reconnaître que certaines règles imposées aux automobilistes doivent être adaptées aux cyclistes, sans nuire à leur sécurité. La possibilité de traiter les arrêts comme des cédez-le-passage, par exemple, permettrait d’autoriser un comportement largement répandu, tout en réaffirmant la priorité des piétons aux intersections. Enfin, autoriser les cyclistes à utiliser les feux piétons aux intersections permettrait d’éviter bien des accidents liés aux angles morts des véhicules.
 
Dans chacune des onze villes où se tiendront des consultations publiques, Vélo Québec souhaite que les cyclistes se mobilisent pour faire valoir leurs besoins. Nous vous invitons également à faire part de vos commentaires et expériences sur la plateforme qui sera mise en ligne par la SAAQ dès le 9 janvier. Les demandes de Vélo Québec pour moderniser le Code de la sécurité routière auront ainsi beaucoup plus de poids si les citoyens les appuient. Votre avis pourrait avoir un impact direct dans les choix qui seront faits.
 
Merci à l’avance de votre aide pour faire progresser la cause des cyclistes!
 

Suzanne Lareau
Présidente-directrice générale