Point de vue : janvier 2019

De quoi sera faite la nouvelle année?


Au-delà de la célèbre tradition des résolutions de début année, on aime toujours se fixer certains objectifs personnels et regarder de quoi l’année sera faite. Pour tous les cyclistes que nous sommes, cela nous amène peut-être à rêver du voyage que nous remettons depuis quelque temps ou du kilométrage annuel parcouru que nous souhaitons augmenter. Cela peut aussi être de vouloir s’investir dans son quartier pour que se développent davantage les aménagements cyclables ou dans son entreprise pour que l’usage du vélo soit reconnu et valorisé.
 
Pour l’équipe de Vélo Québec, les grands classiques et les projets grisants ne manqueront pas. Avec un Grand Tour Desjardins au Saguenay–Lac-Saint-Jean et une sélection absolument folle de destinations voyage à travers le monde, les fanas du voyage à vélo ne seront pas déçus. Nous ne serons pas en reste non plus avec le Festival Go vélo Montréal qui ouvrira la saison festivalière québécoise et qui nous réservera encore de belles surprises. Nous toucherons encore plus de jeunes cyclistes de 5e et 6e année du primaire avec le programme Cycliste averti et cela dans 9 régions du Québec. Près de 4000 jeunes seront ainsi formés afin de développer leurs compétences cyclistes.
 
Les élections municipales de 2017 ont amené en poste plusieurs administrations qui traduiront en action les engagements de leur premier « vrai » budget. C’est le cas de Montréal, mais aussi d’autres villes du Québec qui sont de plus en plus nombreuses à vouloir offrir à leurs citoyens un réseau cyclable à la hauteur de leurs attentes. Nous voyons donc l’année 2019 comme celle de tous les espoirs! Il y aura aussi du côté du nouveau gouvernement du Québec un premier budget qui donnera assurément le ton à ce nouveau mandat. Au fil de nos communications avec ce nouveau gouvernement, trois priorités seront à l’ordre du jour. S'assurer tout d’abord du maintien de la politique de mobilité durable et de sa bonification, incluant les sommes qui doivent lui être consacrées. Ensuite, s’assurer que le gouvernement fera les choix qui s’imposent pour amorcer une véritable transition énergétique dont le vélo fait partie. Enfin, reprendre la conversation où nous l’avions laissée avec le précédent gouvernement sur certaines modalités du nouveau Code de la sécurité routière, particulièrement en ce qui concerne la hausse disproportionnée des sanctions à l’égard des cyclistes, inéquitable par rapport à celles imposées aux autres usagers de la route.
 
Il y a donc du pain sur la planche, mais aussi des kilomètres et des kilomètres de pur bonheur à vélo devant nous!
 
Santé et vélo pour cette année 2019!
 

Suzanne Lareau
Présidente-directrice générale