Point de vue : avril 2018

Nous sommes tous ambassadeurs du vélo!


Lorsque je m’arrête à un feu rouge et que je vois un cycliste me doubler sans s’arrêter, je me dis deux choses : 1) cette personne ne semble pas comprendre les règles élémentaires de survie 2) elle ne sert manifestement pas la cause cycliste. Je pense alors à l’automobiliste ou au piéton, juste à côté de moi, qui doit une fois de plus se dire « Les cyclistes ne respectent rien! »
 
Le petit geste
Loin de moi l’idée de cautionner tous les commentaires désobligeants que certains automobilistes impatients et pressés peuvent nous servir. Je crois toutefois que nous avons la responsabilité de rehausser l’image du cycliste et bénéficions parfois d’occasions parfaites de faire changer la perception négative qu’ont certains automobilistes et piétons à notre égard. Je suis persuadée que le fait de s’arrêter au feu rouge, de céder le passage aux piétons qui essaient de traverser, de rouler à vitesse modérée en ville et de se munir d’un bon éclairage le soir sont autant de petits gestes qui contribuent à redorer l’image des cyclistes et du vélo en général dans l’opinion publique.
 
Cohabiter
Bien que plusieurs d’entre nous ont apprivoisé l’hiver à vélo, il reste que pour la plupart des cyclistes, la saison débutera au cours des prochaines semaines. Cyclistes, piétons et automobilistes, il nous faudra réapprendre à partager un réseau rarement conçu pour les besoins de tous, où l’espace n’est pas toujours optimal pour assurer une cohabitation pacifique et sans tension. N’oublions pas que la courtoisie est contagieuse, mais l’agressivité l’est tout autant!
 
Persuader
On me demande souvent de parler à « mes » cyclistes, de leur dire de respecter les règles. Je sais pertinemment qu’il y a du travail à faire, mais seule, je n’y peux pas grand-chose. Ensemble, nous pouvons contribuer à faire changer les perceptions en adoptant une attitude civilisée et en essayant de convaincre d’autres cyclistes d’en faire de même. Après tout, nous sommes tous ambassadeurs du vélo et notre pouvoir de persuasion est non négligeable!
 
Bon printemps!
 

Suzanne Lareau
Présidente-directrice générale