L'enjeu du port obligatoire du casque cycliste

CONSULTATION GÉNÉRALE SUR LE LIVRE VERT INTITULÉ
« LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE AU QUÉBEC : UN DÉFI COLLECTIF »

_______________________________________________________
Février 2000
La sécurité des cyclistes : dépasser les apparence
Mémoire présenté par VÉLO QUÉBEC à la Commission des transports

Le document de 36 pages estdisponible en format pdf

––––––––––––––––––––––––––––

 

Table des matières

INTRODUCTION 3

1. 33 ANS D'EXPÉRIENCE ET D'EXPERTISE 4

2. LE CONTEXTE 6
2.1 La consultation de 1993 : l'approche éducative 6
2.2 La consultation de 1996 : l'absence de consensus 6
2.3 La consultation de 1999 : la poursuite du dialogue 6

3. LIVRE VERT ET CASQUE PROTECTEUR 8
3.1 L'attrait du casque protecteur 9
3.2 Les « risques » du vélo 10
3.3 Les limites du casque protecteur 11
3.3.1 La technologie 11
3.3.2 Le taux de pénétration 12
3.3.3 Les coûts du casque protecteur 12
3.3.4 Le casque protecteur et la ceinture de sécurité 13
3.3.5 Le casque de vélo et le casque de moto 14
3.4 Le bilan routier 15
3.5 Les impacts et les limites d'une législation 18
3.5.1 Le rapport coût/bénéfice 18
3.5.2 La baisse de la pratique 19
3.5.3 L'augmentation des coûts 22
3.5.4 Quelques problèmes d'application 22
3.6 L'Australie, un modèle discutable 23
3.7 Les avenues de solution du livre vert 27
3.8 Moralisme et image des cyclistes 29

4. SÉCURISER LES CYCLISTES ET RÉDUIRE LE NOMBRE DE VICTIMES 32
4.1 Une approche globale 32
4.2 Le casque : l'éducation plutôt que la coercition 32
4.3 Des priorités pour le prochain siècle 33
4.3.1 Étendre à l'échelle du Québec la campagne de sécurité sur les systèmes d'éclairage qui se déploie à Montréal. 33
4.3.2 Un observatoire des points noirs 34
4.3.3 Cibler les groupes à risque 34
4.3.4 Recherche sur les équipements sécuritaires 34
4.3.5 Perfectionner nos outils de mesure des accidents de bicyclettes et approfondir notre connaissance de la pratique du vélo 35
4.3.6 Les enfants : un problème d'adultes 35

CONCLUSION 38

Introduction
En participant aux travaux de la Commission des transports et de l'environnement et à la consultation publique sur le livre vert, La sécurité routière au Québec : un défi collectif, Vélo Québec souhaite intervenir principalement sur un sujet auquel l'organisme s'intéresse activement depuis plusieurs années, soit le port obligatoire du casque protecteur par les cyclistes.

Pour la troisième fois en sept ans, Vélo Québec a l'occasion de présenter et de défendre ses positions sur ce sujet. Il ne faut donc pas s'étonner du fait que le présent document « s'inspire » largement des mémoires déjà défendus lors des consultations publiques précédentes et, en particulier, du mémoire déposé en 1996.

Entre temps par ailleurs, de nouvelles études et données sont venues confirmer et étayer les positions que Vélo Québec soutient depuis qu'il participe à des débats publics sur le sujet. Ces études sont présentées dans le présent document.

Vélo Québec a été fondé en 1967 dans la foulée de la révolution tranquille. La sécurité routière a été placée au coeur de sa mission parce que ses fondateurs savaient que la pratique libre de la bicyclette ne pourrait se développer si les rues et les routes ne devenaient pas accueillantes pour les cyclistes. Si la perception que faire du vélo est dangereux ne s'amenuisait pas.

Dès ses débuts, l'action de Vélo Québec a visé, notamment, à sensibiliser les pouvoirs publics, dont le ministère de la Voirie, prédécesseur du ministère des Transports, ainsi que le Bureau des véhicules automobiles, responsable de l'application du Code de la route. Il importait alors, comme il importe aujourd'hui, que les campagnes de sécurité abordent les questions de la sécurité des cyclistes, du partage de la rue et de la route, et de l'éducation des cyclistes au respect des règles de base de la circulation et de la sécurité routière.

Lors de la « grande réforme » de 1979, Vélo Québec a déposé un mémoire qui fit date. De nombreux articles de loi furent modifiés ou ajoutés pour tenir compte de ce véhicule particulier, et de la place grandissante qu'il était appelé à prendre dans les déplacements urbains et dans les activités de loisir et de tourisme des Québécois et des Québécoises.

L'intervention de Vélo Québec s'inscrit dans un mouvement international de redécouverte de l'usage du vélo et d'une nouvelle compréhension de ses bienfaits. Par une panoplie d'interventions, en commençant par des manifestations, puis des mémoires, des événements, des activités de formation, des colloques, des documents d'expertise et des campagnes de sécurité, les adeptes du vélo ont amené les gouvernements à se préoccuper de la sécurité des cyclistes et à accorder une place à la bicyclette dans la planification des transports des personnes.