Expertise
Point de vue : août 2014

Les vélos dans les parcs : une longue tradition qui a sa raison d’être

Depuis toujours, les cyclistes fréquentent les parcs. Ceux-ci sont des havres de fraîcheur où l’on circule en toute sécurité à l’extérieur du réseau routier. De fait, les réseaux cyclables ont souvent été conçus pour relier les parcs dans la ville, pour les traverser au besoin ou pour montrer aux enfants à monter à vélo. Et depuis toujours, les cyclistes et les piétons y cohabitent de façon harmonieuse.

Aussi s’étonne-t-on du nouveau discours qui veut interdire l’accès aux cyclistes sous prétexte d’éviter les accidents avec les piétons. C’est l’argument qu’a utilisé la Ville de Montréal pour nous interdire de circuler dans les parcs Lafontaine et Jeanne-Mance et pour demander aux policiers de sévir contre les « contrevenants ».

En fait, ces règlements sont complètement dépassés et devraient être révisés. En Europe, les cyclistes et les piétons cohabitent de façon harmonieuse depuis toujours. Pourquoi en serait-il différent ici?

Ceci ne veut pas dire que les cyclistes ont tous un comportement respectueux et sans fautes. On nous reproche souvent de rouler trop rapidement et de ne pas respecter les consignes de circulation dans les parcs, bref d’agir comme si aucune règle ne nous concernait.

Certes, nous avons des responsabilités bien réelles envers les piétons. Nous devrions appliquer le principe qui veut qu’on agisse avec prudence relativement à un usager de la route plus léger ou plus lent. Les piétons sont tout aussi vulnérables vis-à-vis des cyclistes que nous le sommes vis-à-vis des automobilistes. D’où l’importance de réduire notre vitesse en leur présence, de maintenir une distance convenable quand on en les croise ou les dépasse, bref d’agir avec civisme. En retour, on s’attend à ce que ceux-ci ne marchent pas dans les pistes cyclables.

De meilleurs rapports piéton-cycliste seront assurément une solution gagnante pour tous, d’autant plus que les parcs sont parmi les lieux de verdure les plus beaux et les plus appréciés en ville. Tolérance et civisme sont indissociables.


Suzanne Lareau
Présidente-directrice générale