SALLE DE PRESSE - Communiqué pour diffusion immédiate.

Accidents de vélo : le rapport du Bureau du coroner pointe les vrais enjeux selon Vélo Québec


Montréal, le 13 novembre 2013.  – Vélo Québec se réjouit des conclusions du Bureau du coroner publiées plus tôt aujourd’hui sur trois décès survenus en 2013 suite à des accidents de vélos.

Après l’examen des circonstances entourant ces décès, tous trois survenus à Montréal, les coroners Dr Jean Brochu et Dr Jocelyne Tessier concluent que le développement des infrastructures cyclables ne connaît pas le même essor que la popularité du vélo et que l’on trouve encore beaucoup trop d’environnements inhospitaliers aux cyclistes. Sur le même sujet, les coroners soutiennent que le nombre insuffisant d’infrastructures cyclables, compte tenu de la croissance de l’usage du vélo des dernières années, est probablement responsable de bien des comportements jugés téméraires ou illégaux. «Certains comportements ne mériteraient pas toujours d’être bannis, comme rouler sur un trottoir dans un endroit dangeureux », statuent les coroners. Pensons aux ponts, viaducs et tunnels. « La Ville de Montréal devrait identifier rapidement les endroits dangereux pour les cyclistes et y faire les aménagements requis », ajoutent les coroners.

« La question des environnements inhospitaliers est encore plus d’actualité aujourd’hui à la veille du démantèlement hivernal d’une bonne partie du réseau cyclable, précise Suzanne Lareau, présidente-directrice générale de Vélo Québec. Selon une étude que nous avons réalisée en 2013 pour le compte de la Ville, Montréal pourrait adopter différentes mesures qui permettraient de transformer les sections temporaires du réseau – celles avec les bollards – en sections permanentes ce qui serait davantage en phase avec la progression de l’usage du vélo tout au cours de l’année. »

« Nous sommes heureux de voir que les coroners partagent notre préoccupation quant au problème que représentent les accidents survenus suite à l’ouverture de portières », souligne Suzanne Lareau, présidente-directrice générale de Vélo Québec. Nous sommes d’accord pour dire que l’amende de 30$ n’est pas très dissuasive ».

Autre point majeur qui rejoint les préoccupations de Vélo Québec et qui vient appuyer ses demandes répétées à la Table québécoise sur la sécurité routière : les coroners proposent de réviser en profondeur le Code de la sécurité routière dans le but de le moderniser et de l’adapter à la réalité actuelle des déplacement actifs. « Cet objectif pourrait d’ailleurs très bien être intégré à la Politique sur la mobilité durable que s’apprête à publier prochainement le ministre des Transports », souligne Suzanne Lareau.

Consultez les conclusions de rapport du Bureau du coroner du Québec

– 30 –
SOURCE
Stéphanie Couillard
Conseillère, Relations de presse, Vélo Québec
Tél. 514 521-8356, poste 358 | scouillard@velo.qc.ca