Véloparcs urbains : une tendance dure?

Portrait d'un nouvel équipement de loisir municipal et communautaire qui requiert peu d'entretien.


Ce n'est pas d'hier que des adeptes et des clubs de vélo de montagne réalisent des pistes de terre battue pour s'adonner à leur sport préféré. L'entretien de ces aménagements requiert une implication constante afin de pallier les impacts des intempéries. Ce n'est pas pour rien que les pistes de BMX comportent depuis plusieurs années des courbes réalisées en asphalte, car cela réduit l'entretien et assure une forme durable dans le temps. Réduire l'entretien au prix de la perte d'une partie de l'expérience. En fin de compte, les gains dépassent les coûts pour une municipalité.

La réalisation professionnelle de pumptracks et pistes récréatives est quant à elle relativement récente, mais en expansion rapide, puisque les municipalités s'intéressent à ces infrastructures, en réponse à la demande citoyenne. Les réalités municipales rendent difficiles la conception, la réalisation et l'entretien de ces types d'équipements, car elles demandent des connaissances très précises et souvent acquises par de longues suites d'expériences.

Les municipalités ont donc de plus en plus recours, pour des projets d'envergure, à des professionnels pour la conception, la supervision de chantier ou la construction.


Europe

Innovatrice en Europe des projets de pumptracks en béton, la compagnie suisse Vélosolutions a réalisé le Zurich bikepark, après des projets à Bali et en Thailande.

Zurich Bikepark

En France, la compagnie Bike Solutions a réalisé plusieurs aménagements goudronnés, dont la partie pumptrack du Stride Strasbourg indoor bike park. La particularité de ce projet est qu'il intègre des modules à la pumptrack et des parcours identifiés par des codes de couleur. Cet aménagement s'intègre dans un vaste projet de plus de 1,3 million d'euros qui propose des aménagements pour différents types de clientèles sous le même (très grand) toit.


Stride Strasbourg Indoor Bike Park


Amérique du Nord

En 2014, la compagnie britanno-colombienne Alpine Bike parks a réalisé une pumptrack en béton à Powell River, Colombie-Britannique, sur un terrain adjacent à un skatepark. Son design est inspiré d'une piste créée pour un évènement sportif de grande envergure. À l'heure actuelle, cette piste est la seule en son genre au Canada, voire en Amérique du Nord.
 

Powell River, mise en forme de la structure bétonnée, renforcée d'acier

En juillet 2015, l'équipe de Vélosolutions a inauguré le premier pumptrack asphalté en Amérique du Nord, le Brooklyn Bike Park, à New York. Cette inauguration a bénéficié d'une bonne couverture médiatique dans le milieu du cyclisme et influencé le lancement de plusieurs projets à venir.
 

Brooklyn Bike Park


Au Québec

Au Québec, plusieurs projets de skateparks ont utilisé la technique bétonnée, notamment à Repentigny en 2013 et Verdun en 2015. La technique n'a pas encore été appliquée aux pistes conçues pour le vélo, mais ça ne saurait tarder, car  la technique de construction (renforcée de barres d'acier) assure une durabilité qui dépasse de loin celle de l'asphalte. Avec l'asphalte, le principal aspect à privilégier est la fondation, qui doit assurer que la forme des bosses et virages restera stable au fil des gels et dégels, alors que la présence des barres d'acier dans le béton aide à stabiliser l'ensemble.
 
En 2016, l'équipe de BMXpert, leader en aménagement et conception de pistes de BMX au Québec, fait le saut vers les pumptracks asphaltés, après plus de 15 ans à aménager des virages asphaltés pour les pistes de BMX. Ils lancent ou sont appelés à travailler à plusieurs projets, d'abord dans les communautés autochtones de Mistissini (piste récréative) et de Saint-Bernard en Beauce (première pumptrack asphaltée au Québec), puis à Lac-Simon (pumptrack réalisée par Sentiers Boréals et asphaltée par BMXPert). À l'heure où ces lignes sont écrites, l'équipe réalise une 4e piste à Waterloo, Qc.
 

La piste de Saint-Bernard, avant le paysagement

Après le paysagement


Les avantages du béton ou de l'asphalte vs la terre

  • Surface plus durable
  • Diminue drastiquement les coûts et la fréquence d'entretien (amortie sur plusieurs années, représente une économie financière et humaine)
  • Offre la possibilité d'être utilisée par davantage de types de clientèle (planche à roulettes, patins à roulettes, trottinette)
  • Traction supérieure à la terre (lorsque celle-ci est sèche, elle a tendance à se soulever)
  • Peut être utilisée même sous la pluie ou l'hiver

Les désavantages du béton ou de l'asphalte vs la terre

  • Le coût de réalisation initial plus important peut être inhibitif pour la vente du projet
  • Diminution de la qualité de l'expérience pour une partie de la clientèle (qui préfère la sensation naturelle de la terre)
  • Potentiel de blessures mineures plus élevées* (abrasion suite à une chute)

Construction

Pour ce type de projets spéciaux, le format de projet "conception-construction" (en anglais, Design-build) est parfois utilisé car il repose sur des connaissances de pointe, souvent dans un marché de niche.

Cependant, le format n'est pas sans détracteurs car il met de côté le processus d'appel d'offres et engendre, pour les municipalités, un flou artistique au niveau du public. Celui-ci devra être rassuré sur les qualifications du contracteur retenu, les critères menant à son choix et sur le suivi des dépenses tout au long du projet. Le client devra s'assurer que ses besoins sont clairement exprimés et que le contracteur les comprend bien.
 

Au final

L'expertise québécoise est en bonne voie de réalisation, c'est une bonne nouvelle pour la pratique au Québec car l'État du vélo au Québec en 2015 recense 620 000 adultes qui pratiquent le vélo de montagne au Québec. Parions que les adultes de demain seront plus nombreux à faire du vélo de montagne s'ils bénéficient de ce genre d'installation depuis l'enfance!


 

 

*Note sur les blessures: Puisque les cyclistes portent un casque et que les roues des vélos ne quittent jamais le sol et  que la vitesse demeure relativement faible (du moins pour les nouveaux pratiquants), et puisque les zones entourant les pumptracks sont recouvertes de tourbe ou d'un autre matériel amortissant les chutes (paillis de cèdre par exemple, bien que peu recommandé), les blessures les plus fréquentes répertoriées parmi les clubs utilisant ce type d'infrastructures demeurent les abrasions, résultant d'une glissade suite à une chute.
Le port d'équipement de protection demeure recommandé.