Point de vue : décembre 2018

Coup d’œil dans le rétroviseur


Adoption d’un nouveau Code de la sécurité routière, politique québécoise de mobilité durable, campagne électorale et mobilisations citoyennes de toutes sortes en faveur du vélo dans différentes régions : un coup d’œil dans le rétroviseur nous confirme que 2018 a été tout sauf une année banale.
 
Des gains ont été faits même si nous aurions souhaité beaucoup plus. La hausse injustifiée de 400 % des sanctions pour les infractions commises à vélo reste inéquitable par rapport aux autres infractions mentionnées dans le Code de la sécurité routière. Le CSR a aussi introduit le Principe de prudence, mais malheureusement peu d’énergie gouvernementale a été consacrée à la promotion de cette nouvelle notion.
 
Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire : il est d’ailleurs question que le gouvernement du Québec amorce une démarche Vision zéro, comme l’a fait récemment la Ville de Montréal et comme s’apprête à le faire la Ville de Québec. Ce sera une excellente occasion de reparler de cette notion de prudence et d’y faire adhérer les Québécois et les Québécoises.
 
Également en 2018, la Politique de mobilité durable a été lancée avec certes une progression des investissements, mais nous continuons de croire qu’il faut viser plus haut si l’on souhaite faire du vélo et du transport actif une réelle option en terme de mobilité. Nous le savons, l’aménagement de voies cyclables protégées est au cœur de la stratégie pour amener de nouvelles personnes à choisir le vélo dans leurs déplacements quotidiens. Nous avons déjà fait part de certaines de nos préoccupations au nouveau ministre des Transports et lui avons offert notre collaboration pour intégrer le vélo de façon optimale à cette politique de mobilité durable.
 
Malgré les avancées pas toujours à la hauteur de nos rêves, le vélo et la mobilité durable se retrouvent maintenant au cœur d’initiatives et de débats difficilement envisageables il y a quelques années à peine, et cela, dans des villes de toutes tailles. Qui aurait pu imaginer que Granby et Laval mettent de l’avant des programmes incitatifs à l’achat de vélos et de vélos électriques? Voilà, c’est fait! Devant le tollé suscité chez les petits commerçants de la 3e avenue à Québec, qui aurait pu prédire l’aménagement des bandes cyclables, tel que prévu dans le plan initial de la Ville? C’est ce qui s’est produit.
 
La liste de ces initiatives, petites et grandes, pourrait s’allonger. Nous avons pu le constater lors du forum du Mouvement VÉLOSYMPATHIQUE, en septembre dernier à Laval. La troisième ville du Québec, qui jusqu'à tout récemment était souvent pointée du doigt pour ses lacunes en matière de vélo, est maintenant entrée dans les grandes ligues. On y revoit la configuration des boulevards pour y intégrer des voies de bus et des voies cyclables protégées. Cela ne se fait pas sans grincements de dents, mais cela se fait. Ce type de volonté politique fera avancer le Québec vers un monde plus durable, dans lequel l’intérêt collectif sera au cœur des décisions.
 
À l’aube d’une nouvelle année à vélo, je vous souhaite de la santé et des kilomètres heureux. Que ça roule pour vous en 2019!
 
Suzanne Lareau
Présidente-directrice générale