Point de vue : août 2019

D’une rive à l’autre à vélo : on fait du chemin!

Le 28 juin dernier, j’ai eu le plaisir et l’honneur d’être invitée à l’inauguration du nouveau pont Samuel-de-Champlain, reliant Montréal et la Rive-Sud. Tout était impressionnant cette journée-là. Tout d’abord l’infrastructure elle-même. L’ancien pont, toujours à côté, a l’air d’un jouet Meccano! Ensuite, le nombre de dignitaires : ministres, élus municipaux, organisateurs du transport métropolitain, la planète transport y était. Mais ce qui m’a le plus impressionnée est l’importance accordée dans les allocutions au fait que ce pont comportait une voie cyclable, qui plus est, sera accessible douze mois par année. Et cela, autant de la part du ministre fédéral des Infrastructures, François-Philippe Champagne, que du ministre des Transports du Québec, François Bonnardel. « Un pont, une piste : nous sommes rendus là » a affirmé le ministre Bonnardel, sans hésiter. Véritable musique à mes oreilles…
 
À militer quotidiennement pour intégrer le vélo dans les infrastructures de transport, nous avons parfois l’impression de faire du sur-place. Et bien, le 28 juin dernier, j’ai constaté que le vent semble tourner. Le pont de l’Île-aux-Tourtes (ouest de l’île de Montréal), lorsqu’il sera refait prochainement, comportera une voie cyclable exclusive. Même chose pour le pont Pie-IX, dont les travaux de réfection sont déjà entamés. Chez nos voisins ontariens, le pont international Gordie-Howe qui reliera Windsor et Détroit, les deux villes de l’auto, comportera également une voie cyclable! On peut dire que cela met fin à une époque où ce type de concept ne faisait même pas partie des discussions préliminaires.
 
Nous vivons donc actuellement à un moment où plusieurs ponts arrivent à la fin de leur vie utile. Si on constate inévitablement un progrès dans les discours et la réalité, cela ne signifie pas cependant que l’avenir soit sans défis. Nous en avons la preuve avec la fameuse dalle-parc Turcot, prévue initialement dans les plans du ministère des Transports (MTQ), puis ensuite retirée sans bruit des plans. Après une mobilisation impressionnante de la communauté montréalaise, le sujet a fait l’objet d’une entente préliminaire entre Montréal et Québec avant les élections provinciales de 2017, mais les annonces du gouvernement actuel se font toujours attendre… Au moment d’écrire ces lignes, le cas du pont Monseigneur-Langlois n’était toujours pas réglé, non plus. Ce pont du MTQ doit remplacer le lien cyclable régional de la Route verte sur le barrage de Beauharnois qui sera touché par des travaux pendant dix ans. Bien que le pont appartienne au MTQ, le projet implique Hydro-Québec et les deux MRC (Beauharnois-Salaberry et Vaudreuil-Soulanges) qui gèrent le réseau cyclable régional. Hydro-Québec agit en bon citoyen corporatif et finance une grosse partie des 1,6 M$ requis sur 10 ans pour sécuriser la traversée. Le MTQ, après s’être fait interpellé par les clubs cyclistes locaux et Vélo Québec, bonifie sa contribution. Les deux MRC doivent quant à elles se partager le solde (environ 15 000 $ annuellement chacune), ce que nous souhaitons voir se régler rapidement. Il reste que lorsque la poussière sera tombée, le MTQ devra faire le point et réitérer sa pleine responsabilité lorsqu’un itinéraire cyclable, de surcroît la Route verte, emprunte son réseau ou ses infrastructures. Une route est une route. Qu’on y circule en auto, à pied ou à vélo, le gestionnaire de cette route devrait tenir compte des différents usages et en assumer les coûts. Comme quoi tout n’est pas complètement acquis!

Suzanne Lareau
Présidente-directrice générale