Point de vue : février 2018

Projet modifiant le Code de la sécurité routière : la priorité accordée aux piétons et cyclistes doit être plus claire


C’est mardi 6 février que s’ouvraient à Québec les travaux de la Commission parlementaire chargée d’étudier le projet de loi 165 modifiant le Code de la sécurité routière (CSR). Dans le mémoire qu’il y a présenté, Vélo Québec y va d’une analyse exhaustive du projet de loi, soulignant plusieurs bonnes idées, suggérant également des améliorations très concrètes et plus ambitieuses à apporter, qui vont au-delà d’un simple rattrapage de la réalité de nos rues et nos routes.
 
Les bonnes idées :
  • Le principe de prudence
  • Les nouveaux espaces partagés que sont la vélorue et la rue partagée
  • L’abandon des points d’inaptitude pour les cyclistes

Les améliorations à apporter :
  • Un principe de prudence sans équivoque – Celui-ci doit affirmer que ce sont d’abord et avant tout les conducteurs de véhicules motorisés qui doivent être attentifs non seulement aux autres véhicules, mais aussi aux autres humains autour d’eux. 
  • La notion de priorité dans les vélorues et les rues partagées – La priorité piétonne et cycliste doit être affirmée davantage qu’elle ne l’est dans le projet de loi actuel pour ces deux types d’environnement. L’automobiliste qui y circule est en quelque sorte un « invité ». 
  • Des sanctions en lien avec la dangerosité – Le projet de loi 165 met fin à une iniquité longtemps décriée en abolissant les points d’inaptitude remis pour certaines infractions à vélo. En revanche, l’augmentation des amendes est salée! Vélo Québec continue de plaider pour des sanctions proportionnelles au danger pour autrui et demande de revoir les sanctions à la baisse pour les ramener dans une fourchette de 30 $ à 50 $. 
  • Une longueur d’avance à vélo – Le nouveau Code de la sécurité routière ne doit pas hésiter à donner au vélo une longueur d’avance. Ainsi nous demandons que soit autorisé l’usage du feu piéton par les cyclistes, sauf dans les cas où la cohabitation piétons/cyclistes dans une même phase n’est pas compatible : traverses piétonnes simultanées dans toutes les directions, débit élevé de piétons. Cela dit, en tout temps le cycliste doit accorder la priorité au piéton et adopter la vitesse du pas. 

L’analyse de Vélo Québec propose plusieurs autres ajustements et nuances qui assurent davantage de cohérence entre la volonté de mieux protéger les plus vulnérables et les façons concrètes de le faire. Cliquez ici pour consulter le mémoire de Vélo Québec.
 
Jusqu’au 14 février, plusieurs autres organisations seront entendues au sujet du projet de loi à l’Assemblée nationale. Les commentaires individuels sont aussi acceptés sur le site de l’Assemblée nationale à la rubrique Commission des transports et de l’environnement. Toutes les voix additionnées peuvent faire la différence!


Suzanne Lareau
Présidente-directrice générale