Conférence

Montréal-Saguenay-Côte-Nord-Terre-Neuve

Lundi 15 avril 2019 - 19 h à 21 h
Avec Paulo Leduc
10 $ | Gratuit membre VQA Réservez
-
La Minganie est reconnue pour ses sculptures naturelles de calcaire, ses charmants villages de même que ses trésors culturels. Ajoutez-y les panoramas du Gros-Morne, potentiellement les plus impressionnants du Canada. Puis, considérez que tout ceci est aisément accessible pour tout adepte de cyclotourisme, la topographie n'étant pas particulièrement agressive, le vent généralement de dos, sans exiger un gros déboursé ou la maîtrise d'une culture étrangère. Vous conviendrez alors qu'il y a là un trajet trop peu fréquenté. Après plus d'une dizaine de voyages à vélo (de Vancouver aux Îles-de-la-Madeleine, de Chibougamau à Boston, mais aussi en Écosse, à Cuba et en Nouvelle-Zélande), majoritairement en camping, je vous partagerai mes trucs et astuces pour voir le monde en selle, par l'intermédiaire de ce formidable parcours.

Ce voyage est la réalisation de deux objectifs en mode cyclocamping solo : les visites de la Réserve du parc national de l'Archipel-de-Mingan et du parc national du Gros-Morne, à partir de Montréal et en passant par Saguenay. Cet itinéraire m'a permis de découvrir la Côte-Nord et une partie de Terre-Neuve, des endroits fabuleux. Un voyage particulièrement intéressant, car rythmé par trois expériences distinctes : urbanité (Montréal, Trois-Rivières, Québec, Saguenay), route des baleines (de Tadoussac à Natashquan) et sentier des Vikings (côte ouest de Terre-Neuve).

L’hébergement que j’ai choisi : une tente, un matelas de sol et un sac de couchage, mais aussi quelques nuits dans des lits douillets (amis, famille, auberge de jeunesse, motel, gîte) et aussi dans un bateau!

J’ai adoré : le revêtement quasi parfait pour l'essentiel du voyage permettant de profiter pleinement du paysage, l'accueil universellement chaleureux et les inoubliables randonnées en Minganie et à Gros-Morne.

J’ai moins aimé : la dernière journée... Une pénible expérience routière entre Rocky Harbor et l'aéroport de Deer Lake (Terre-Neuve) et une anecdote désagréable avec Air Canada : l'exigence que la bicyclette soit emballée dans une boîte de carton, tout en étant incapable de m'en fournir une, alors que l'on m'avait promis qu'il y en aurait de disponible. Une formidable opportunité pour démontrer résilience, maîtrise de soi et débrouillardise.