Point de vue : mai 2017

Circuit Gilles-Villeneuve : les demandes de Vélo Québec


Il est tout de même cocasse qu’en plein Mois du vélo, la communauté cycliste soit obligée de se mobiliser pour faire valoir l’importance de préserver l’accès au circuit Gilles-Villeneuve, un lieu de pratique, de mise en forme et d’entraînement unique dans la grande région de Montréal. Le 21 avril dernier, la Société du parc Jean-Drapeau annonçait que le Circuit Gilles-Villeneuve serait fermé aux cyclistes pendant l’été 2017 et possiblement une bonne partie de l’été 2018. Un véritable tollé a suivi chez tous les utilisateurs du site. Vélo Québec et plusieurs autres organisations ont depuis manifesté leur mécontentement.
 
Le 4 mai dernier, nous avons participé à une rencontre organisée par la Société du parc Jean-Drapeau (SPJD), à laquelle participaient également des représentants de la Fédération québécoise des sports cyclistes, Triathlon Québec, Parasport Québec, le Grand Défi Pierre Lavoie, la Ville de Montréal et Vincent Courcy, l’instigateur du groupe Facebook Unis contre la fermeture du circuit.
 
Cette rencontre a donné lieu à des échanges animés et après un mea culpa de la SPJD sur les façons de faire dans ce dossier, celle-ci s’est engagée à mettre sur pied un comité consultatif permanent composé des organismes présents et des représentants du parc et de la Ville. Ce comité sera chargé de trouver des solutions afin d’ouvrir le circuit ou une portion de celui-ci aux cyclistes cet été. Vélo Québec espère que la SPJD fera preuve d’une grande ouverture et sera prête à remettre en question certains des paramètres qu’elle tient actuellement pour acquis.
 
Les demandes de Vélo Québec sont simples :
 
  • Que le circuit Gilles-Villeneuve puisse être accessible aux cyclistes par intermittence après le Grand Prix de Formule 1.
  • Qu’à l'issue de ces travaux, le statut du circuit Gilles-Villeneuve soit consolidé comme lieu d'entraînement pour les cyclistes.
  • Que ces travaux puissent aussi être l'occasion de rendre permanent le lien entre la Rive-Sud et Montréal, qui ferme chaque année au moins 10 jours lors du Grand Prix. L'aménagement d'une passerelle aux abords du circuit éviterait aux cyclistes de rouler sur une portion de celui-ci.

Nous croyons qu’avec les travaux qui seront réalisés pour mettre aux normes et entretenir le circuit Gilles-Villeneuve, sa vocation de circuit d'entraînement pour les cyclistes doit être consolidée. Ce serait là une excellente façon de redonner à la communauté cycliste et d'envoyer le message que le vélo fait réellement partie de l'ADN de Montréal!


Suzanne Lareau
Présidente-directrice générale