Trucs et conseils

Trucs et conseils

Chaque jour, pour le boulot, l’école, les courses, les sorties, vous vous déplacez en ville. Comme cela représente plusieurs heures par semaine, nous vous encourageons à le faire avec le moyen de transport le plus agréable qui soit : le vélo
! Ces quelques trucs et conseils vous aideront à déterminer vos besoins et à vous adapter facilement à la pratique du vélo urbain.

Choisir son vélo de ville

Pour faciliter votre choix, voici quelques points à considérer. Bien qu’il existe des vélos de tous genres, adaptés à tous les types d’utilisations, ce document porte spécifiquement sur les vélos de ville, les mieux adaptés aux trajets entre la maison et le travail.


QUEL TYPE DE CYCLISTE ÊTES-VOUS ?

Avant d’acheter un vélo, il s’agit premièrement de déterminer l’utilisation que vous en ferez. Pour préparer votre visite chez un détaillant, il est utile de vous poser les questions suivantes :
• Souhaitez-vous rouler uniquement en ville ou voulez-vous également emporter votre vélo sur les routes de campagne les fins de semaine ?
• Voulez-vous transporter un enfant ?
• Voulez-vous emporter votre vélo dans les transports publics régulièrement ?

Ainsi, votre marchand pourra adapter ses conseils et son offre à vos besoins réels.

Pour vous aider à faire votre choix, voici des exemples de déplacements :

Courts déplacements (moins de 8 km) — Choisissez un vélo de ville, 1, 3 ou
7 vitesses, avec guidon droit, neuf ou d’occasion, ou un vélo hybride (entre 350 et 500 $ + les accessoires).

Longues distances (8 km et plus) — Vous en profitez pour vous entraîner et avez un endroit à toute épreuve pour garer votre vélo ? Alors, gâtez-vous avec un hybride performant ou utiliser votre vélo cyclosportif.


LE VÉLO PLIANT
Le vélo pliant présente de nombreux avantages pour qui veut transporter son vélo sans trop de difficulté, en combinaison avec d’autres modes de transport (train, métro, etc.) ou lorsqu’on dispose d’une place limitée pour le remiser à la maison ou au bureau. Il en existe plusieurs modèles. Prenez le temps de bien choisir le vôtre.





Ajuster son vélo

Pour circuler confortablement, il est important d’adapter votre vélo à votre morphologie. La selle et le guidon sont deux éléments de base qu’il vous faut ajuster avant de pédaler.

LA SELLE
La hauteur de la selle est bien ajustée — pour votre confort et un pédalage efficace — quand elle permet une extension presque complète de la jambe, avec une légère flexion du genou.


L’angle de la selle doit être parallèle au sol.


LE GUIDON IDÉAL POUR LA VILLE

On trouve deux types de guidon : recourbé sur les vélos de route, droit sur la plupart des vélos hybrides, de ville et de montagne. Le guidon droit vous confère un net avantage en ville : une position plus droite et une meilleure vision périphérique.

En ville, la hauteur du guidon devrait être égale ou légèrement supérieure à celle de la selle.

      
Guidon droit                              Guidon droit                     Guidon courbé


Choisir les bons accessoires

La pratique du vélo urbain nécessite un choix d’accessoires spécifiques, adaptés à vos besoins quotidiens. Il s’agit non seulement de s’équiper des bons accessoires, mais aussi d’adapter sa tenue vestimentaire en conséquence.

QUELQUES ACCESSOIRES UTILES

Les garde-boue
Accessoires indispensables pour ne pas salir ses vêtements sur un vélo de ville. Ils redeviennent d’ailleurs à la mode !





Le garde-chaîne
Aussi nommé carter, il recouvre la chaîne pour que la jambe droite soit aussi propre que la gauche ! Par contre, les vélos étant rarement équipés de garde-chaîne, un serre-pantalon, sous forme d’un anneau de métal ou de velcro, peut dépanner.



Le porte-bagage, le panier, sacoche
Indispensables, ils vous évitent d’avoir à porter des sacs — à dos ou autre — trop lourds ou de les accrocher à votre guidon.
   

Les pédales en caoutchouc

Elles adhéreront mieux à vos souliers de ville, spécialement en cas de pluie.





La sonnette
Elle vous permet d’avertir piétons, cyclistes et même automobilistes de votre présence, et ainsi d’éviter des incidents.




Le casque
Optez pour un modèle qui épouse la forme de votre crâne, ce qui en facilitera l’ajustement. Le casque est bien ajusté lorsque les sangles avant et arrière se rejoignent sous l’oreille et que la mentonnière n’est pas trop serrée. Il ne doit ni balloter ni tomber sur le front ou sur la nuque. Revoyez périodiquement l’ajustement des sangles.

Une tenue vestimentaire adéquate
Vous pouvez très bien rouler avec la tenue que vous porterez pendant la journée, pourvu qu’elle soit confortable. Et quand la froide saison s’amène, pensez à l’oignon : plusieurs couches légères valent mieux qu’une seule trop lourde. Privilégiez donc un manteau qui coupe le vent combiné avec un chandail ou un polar, plutôt qu’un manteau épais. Au fil des semaines, gants, tuque et foulard deviendront indispensables.

En cas de pluie, un imperméable (veste et pantalon) vous permettra d’arriver à destination au sec. Dans la majorité des cas, bien équipé, vous pouvez rouler quand même, et la pluie forte ne dure de toute façon jamais longtemps. De plus, s’il ne pleut pas à votre départ, pourquoi ne pas prendre votre vélo ? Il pleut à votre retour du travail ? Au pire, vous utiliserez le transport en commun ou le taxi. Enfin, qui sait, si le soleil se pointe en fin de journée, vous serez heureux d’avoir votre vélo !


Adopter un comportement sécuritaire

Le Code de la sécurité routière s’adresse à tous : piétons, cyclistes et automobilistes. Partager la route est un incontournable : c’est une question de respect. Ayez toujours un comportement sécuritaire et courtois et adaptez votre vitesse à l’environnement dans lequel vous roulez.

QUELQUES CONSIGNES DE SÉCURITÉ
Effectuez votre arrêt au feu rouge : une évidence… et une obligation !

Roulez dans la rue
: les trottoirs sont réservés aux piétons – et aux jeunes cyclistes de moins de 8 ans. Dans les zones où la chaussée est vraiment inhospitalière, il peut être approprié d’utiliser le trottoir. Dans une zone piétonne, si le vélo est permis, vous devez toutefois ralentir.

Roulez dans le sens de la circulation : sauf s'il y a une bande cyclable qui autorise de rouler en sens inverse du trafic sur une rue tranquille à sens unique. Suivez la flèche de direction marquée au sol pour vous placer du bon côté de la rue.

Signalez vos intentions : vous souhaitez que les automobilistes annoncent leurs intentions. Il est sécuritaire et courtois d’en faire autant !


PRÉVENTION DES ACCIDENTS
Voici deux cas classiques d’accidents impliquant des cyclistes :

L’ouverture intempestive de la portière
Selon le Code de la sécurité routière, l’automobiliste est tenu de regarder avant d’ouvrir sa portière pour s’assurer que la voie est libre, mais soyez vigilant ! Repérez les automobilistes encore au volant de leur voiture stationnée, méfiez-vous d’eux et ralentissez lorsque vous passez près d’eux. Roulez à un mètre de distance des voitures stationnées et ne cherchez pas à zigzaguer dans les espaces laissés vacants par des voitures : en roulant en ligne droite, vous êtes plus visible.

L’automobiliste tourne à droite sans vous voir
Lorsque vous arrêtez au feu de circulation, faites votre arrêt à droite de l’auto, et légèrement devant. Ainsi, lorsque le feu passera au vert, l’automobiliste ne pourra pas manquer de vous voir et il tournera derrière vous. Lorsque vous circulez à l’extérieur de l’île de Montréal, méfiez-vous des intersections où le virage à droite au feu rouge est permis. Aux intersections sans feu ni arrêt, établissez un contact visuel avec l’automobiliste.

Un conseil : lorsque vous désirez dépasser un cycliste ou une voiture stationnée en double file, regardez vers l’arrière pour voir si une auto ou un vélo arrive derrière vous, et signalez avec votre bras votre manoeuvre de dépassement. Développer le réflexe de regarder vers l’arrière régulièrement pourrait vous éviter des accidents.


Rouler le soir

SOYEZ VISIBLE !
Étant donné que les accidents impliquant des cyclistes le soir soient surreprésentés par rapport à la pratique globale du vélo, nous ne saurions vous dire à quel point le fait d’être visible est important. Rappelez-vous : ce n’est pas parce que l’on voit que l’on est vu ! Il en va de votre vie.

Être visible lorsqu’on circule à vélo revêt donc une importance capitale. Et le soir, c’est encore plus crucial. De plus, il faut rappeler que l'éclairage est obligatoire (selon le Code de la sécurité routière) pour rouler à vélo le soir.

Voici une liste non exhaustive des équipements qui vous seront indispensables si vous roulez le soir :

Les réflecteurs
Six au total : blanc à l'avant (sous le guidon), rouge à l'arrière (sous la selle ou sur le garde-boue), ambre dans la roue avant, rouge dans la roue arrière et ambre aux pédales.
 

L’éclairage actif

Obligatoire selon le Code de la sécurité routière pour rouler le soir. On peut se tourner vers les systèmes halogènes, très efficaces et surtout légers : pour l'arrière, la petite lumière rouge, fixe ou clignotante, est très populaire et bon marché. Véritable signature visuelle pour les cyclistes, on accroche au vélo ou aux vêtements.

Les bandes réfléchissanes

On en retrouve maintenant sur la plupart des sacoches de vélo, sur beaucoup de vêtements (comme les coupe-vents), sur les serre-pantalons et même à l'arrière de certaines chaussures pour le vélo. On vend également des bandes que l'on peut coller sur un casque ou coudre sur les vêtements des enfants.





Contrer le vol

Pour diminuer les risques de vol, il est conseillé d’utiliser un vélo que ne convoiteront pas les voleurs. Un bolide de quelques milliers de dollars attirera l’attention et risque de disparaître assez rapidement dans la jungle urbaine.

AVEC QUOI ?
La meilleure façon de réduire le risque de vol est de savoir cadenasser son vélo de façon efficace. Il est donc important de choisir le bon cadenas et de bien s’en servir.

Le cadenas en U est le moyen le plus fiable et, surtout, le plus dissuasif pour le voleur, mais il n’est pas infaillible. Choisissez de préférence un cadenas long, plus facile à verrouiller.

?
L'endroit où cadenasser son vélo est aussi important que le cadenas lui-même. Cacher son vélo dans un endroit en retrait facilitera la tâche du voleur, qui pourra alors opérer en toute tranquillité...

COMMENT ?
La façon la plus sécuritaire de verrouiller son vélo est d’attacher le cadre et la roue avant à un support à vélo ou à un poteau. Ne jamais cadenasser une roue seulement ! Si votre vélo est muni de déclenches rapides, mieux vaut enlever la roue avant et la cadenasser avec le reste. La meilleure solution est de remplacer toutes les déclenches rapides (roues et selle) par des boulons et écrous, sinon de leur ajouter un simple collier de serrage.


Rouler en hiver

De plus en plus de cyclistes roulent l’hiver. Et comme la froide saison arrive lentement, profitez-en pour établir votre zone de confort, vos limites. Roulerez-vous sur la neige ou uniquement sur surface sèche? Jusqu’à -5 °C ou -20 °C?

LE BON VÉLO
Choisissez le vélo le plus simple possible à cause de la rouille et autres dommages causés par le sel. Baissez légèrement votre selle, ce qui vous permettra de poser les pieds par terre plus facilement. Choisissez des pneus larges, un peu moins gonflés qu'en été, pour une meilleure adhérence. On peut également se doter de pneus cloutés. Un guidon droit est préférable pour bien voir autour de vous. N’oubliez pas non plus des garde-boue et, surtout, équipez votre vélo d’un système d’éclairage actif (feu blanc à l’avant et feu rouge à l’arrière), car hiver rime aussi avec noirceur et vitres de voiture obstruées par la saleté. Comme la plupart des stationnements pour vélo sont enlevés pendant l’hiver, optez pour un cadenas plus grand, qui vous permettra de vous cadenasser partout plus facilement.

L'ENTRETIEN DE L'ÉQUIPEMENT
Vous pouvez laisser votre vélo dehors ou le rentrer tous les jours. Il est toutefois conseillé de limiter la fréquence de gel/dégel, qui génère de la rouille. En dessous de zéro, certains composants du vélo ou du cadenas peuvent geler. Le liquide pour dégivrer les serrures de voiture est parfait pour un cadenas de vélo, et des composants lubrifiés régulièrement risquent moins de geler. Par très grand froid, les moyeux, le pédalier et le jeu de direction peuvent tourner au ralenti, alors prudence!

CIRCULER DANS LES RUES GLACÉES OU ENNEIGÉES
En hiver, la majorité des pistes cyclables sont fermées, mis à part quelques tronçons (réseau blanc à Montréal). Comme les automobilistes s’attendent moins à voir des cyclistes dans les rues, soyez bien visible. Privilégiez les artères bien nettoyées ou les petites rues tranquilles, où vous pouvez rouler au centre, loin des accumulations de neige et de glace. Rouler sur une surface gelée demande plus de prudence, allez-y donc plus lentement, évitez les freinages et les mouvements brusques et prévoyez plus de distance pour vous arrêter. N’oubliez pas : la roue arrière est la plus sécuritaire pour le freinage sur surface glissante. Enfin, question qualité de freinage, rien ne bat les freins à disque ou à tambour.



Maintenir son vélo en bon état


Un vélo en bon état vous permettra de vous déplacer efficacement et en sécurité. N’hésitez pas à confier
votre vélo à un spécialiste si vous n’êtes pas en mesure de l’ajuster vous-même. Un ajustement à la fin de l’automne vous permettra d’amorcer la prochaine saison du bon pied.

Nous attirons toutefois votre attention sur trois éléments :

LES FREINS
Ils doivent répondre rapidement. Si ce n’est pas le cas, soit l’ajustement n’est pas adéquat, soit l’usure des patins ne le permet plus et des pièces neuves s’imposent.
 

LA PRESSION DES PNEUS
Trouvez sur votre pneu l’indication « maximum pressure » en PSI (« pound per square inch », en français « livre par pouce carré »). Il faut toujours mettre la pression maximale indiquée sur le pneu, pour éviter les crevaisons et rouler sans forcer inutilement.

L'AJUSTEMENT DES VITESSES
Bien ajustées par votre marchand de vélos, elles seront faciles à passer et vous aideront à monter une côte, faire face au vent et transporter des charges. Lorsqu'elles sont désajustées, le bruit de la chaîne contre les plateaux et pignons est un signe que l’on devrait augmenter en intensité.




Vous voilà prêt à vivre une expérience urbaine des plus agréables : vous déplacer à vélo au quotidien. Finis les bouchons et les attentes inutiles, vous serez libre ! Vous verrez : aller à deux-roues chaque jour, c’est à la fois un plaisir, un coup de pouce afin de garder la forme, un geste sympathique pour l’environnement et un moyen de transport rapide, efficace et fort économique. Une fois que vous y aurez pris goût, vous serez transporté ! Allez-y ! Vivez le plaisir de vous déplacer en ville grâce à vos deux roues !