Comptages

Amasser des données de fréquentation se révèle très utile pour les gestionnaires de réseaux de sentier, et ce, pour de multiples raisons.

Vélo Québec tient à remercier Eco Compteur pour leur collaboration dans le cadre du programme de bourses Eco-Compteur 2020, l’élaboration d’une procédure et d’outils pour le comptage manuel ainsi que lors du test de comptage automatique effectué durant la saison 2013.

Le comptage est une méthode qui permet de mesurer la fréquentation d’une voie cyclable par les cyclistes, piétons et autres usagers. Il est un outil indispensable aux gestionnaires de réseaux cyclables qui désirent évaluer les besoins en aménagement, justifier des investissements ou tout simplement mieux connaître l’utilisation de leur réseau.

Exemple de données recueillies avec un compteur automatisé – Source : Eco Compteur et et Les Amis des sentiers de Bromont

Appliqué aux réseaux de vélo de montagne, les données recueillies par comptage aideront les gestionnaires à plusieurs niveaux. En 2013, Vélo Québec a procédé à un test d’un système de comptage automatisé dans le réseau des Amis des Sentiers de Bromont, grâce à la collaboration de la compagnie Eco-Compteur, une des compagnies spécialisées dans le domaine que l’on trouve au Québec.

Évaluer les besoins en aménagement

La connaissance des débits de cyclistes sur les différents tronçons de sentier aideront le gestionnaire à déterminer quels sentiers ont davantage besoin d’entretien, voire même ceux qui ont besoin d’être requalifiés (par exemple, un sentier très achalandé pourrait indiquer le besoin pour un autre sentier dans le secteur, qui permettrait d’alléger le débit en proposant une alternative. Le design du réseau se trouverait donc orienté sur la base de données concrètes).

Justifier les investissements

Lorsque le gestionnaire est à la recherche de financement, le concept derrière un projet est un élément incontournable, mais on oublie souvent d’indiquer à qui le projet s’adresse, autrement dit l’ampleur du besoin. Une fréquentation forte justifiera l’injection de sommes plus importantes en aménagement et entretien qu’une fréquentation faible. De même, les données de comptage, combinées à des données sur la provenance des utilisateurs, pourront servir de base au calcul des retombées économiques d’un réseau de sentier.

Mieux connaître l'utilisation de son réseau

Le vélo de montagne étant diversifié en sous-catégories de pratique, il importe se savoir, toujours dans le respect de la capacité d’accueil du terrain visé, si la clientèle recherche des sentiers plus techniques et abrupts (dits à l’ancienne) ou des sentiers plus fluides et valloneux. En comparant la fréquentation de divers types de sentiers, le gestionnaire sera à même de mieux orienter le profil de ses futures constructions.

Les différentes techniques de comptage comportent leur avantage et leur inconvénient, et sont souvent complémentaires.

Dénombrement (comptage) manuel

Le dénombrement (comptage) manuel dresse un portrait de la pratique à un moment donné, semblable à une photographie. Peu dispendieux au niveau matériel, il trouve sa limite dans le fait qu’un bénévole ou un employé doit être présent durant une période définie, ce qui signifie également que les données sont limitées à la période de comptage. Le coût d’opération peut cependant être plus grand que celui d’un compteur automatique, selon la durée d’emploi et la rémunération de la personne qui procède au comptage et à la compilation des données. On gagne cependant en flexibilité; le compteur peut se déplacer plus facilement afin de qualifier plusieurs sections de sentier.

Un comptage manuel peut aussi être utile pour estimer l’achalandage total sur une branche ou un segment particulier d’un réseau cyclable. Une telle estimation est possible lorsqu’il y a des compteurs automatiques à d’autres endroits sur le réseau.

Il sert souvent à valider les données recueillies par comptage automatique (afin de calibrer le compteur), mais peut également servir à cibler des éléments qu’un compteur automatique ne peut observer :

  • sexe du pratiquant(e)
  • type de vélo utilisé (simple ou double suspension)
  • profil des usagers (coureur, amateur, premier contact)
  • niveau d’habileté des usagers (par exemple pour un élément technique, afin de vérifier s’il convient aux pratiquants)

Télécharger la méthodologie de dénombrement (comptage) manuel – Document PDF

Télécharger un exemple de grille de comptage manuel – Document Word

Grille de compilation de comptage manuel – Document Excel

Comptage automatique

Le comptage automatique mesure le débit sur un sentier sur une base continue. Le coût d’installation et d’acquisition est plus élevé que pour le comptage manuel, mais en revanche le coût d’opération est plus bas, se limitant souvent à une royauté dans le cas où on utilise un accès à distance (transmission et connexion à un serveur) ou à quelques visites annuelles afin de vérifier l’intégrité du système et télécharger les données d’une période définie.

Les instruments de comptage automatique ne notent pas seulement le nombre total de passages, mais aussi les heures et les dates précises de chaque passage. Le comptage automatique permet donc :

  • d’observer les tendances quotidiennes et hebdomadaire d’achalandage et identifier les jours et les heures les plus occupées
  • de suivre la progression de l’achalandage au cours de la saison
  • de suivre l’évolution de l’achalandage dans le temps, d’année en année

En utilisant deux boucles de détection conjointes, on peut aussi observer la vitesse et le sens de circulation des usagers.

Les instruments actuels détectent les passages de vélo à l’aide d’un senseur infrarouge, d’un tube pneumatique, ou d’une boucle magnétique. Les données sont ensuite envoyées automatiquement par réseau cellulaire ou sont téléchargées périodiquement à l’aide d’un ordinateur portatif. Les fabricants de compteurs offrent des logiciels ou des portails internet qui permettent d’accéder aux données et d’effectuer plusieurs types d’analyses. Notamment, ils permettent de :

  • générer des graphiques pour visualiser l’achalandage
  • comparer la même période entre plusieurs années
  • comparer l’achalandage aux conditions climatiques

 

  1. Visualisation des passages par jour
  2. Visualisation d’une moyenne par semaine
  3. Installation d’une boucle de comptage automatique – Eco Compteur et Les Amis des Sentiers de Bromont
×